Avignon : à la découverte des nouveaux lieux du off

Malgré la profusion des spectacles depuis dix ans, il y a toujours de nouveaux lieux qui ouvrent. Deux bonnes adresses, Le Parvis et le «11» Gilgamesch-Belleville.

Ouvrir un lieu nouveau à Avignon, dans le off, paraît une folie. Il y a déjà tant et tant de théâtres, ils comptent souvent plusieurs salles et les spectacles s’y succèdent sur un rythme très serré. On est à près de 1500 spectacles. Quelques-uns sont excellents et nous vous les avons signalés. Certains sont des reprises de Paris, des succès portés par des comédiens remarquables.

(…)

Il y a également beaucoup de très mauvais spectacles, et avouons-le, on va de déconvenue en déconvenue le plus souvent. Mais, on l’a dit, rien ne peut décourager les hommes et les femmes de théâtre et, en cet été 2017, deux très bonnes nouvelles adresses sont à signaler. L’un, 33 rue Paul Saïn, au cœur de la ville, est installé dans une chapelle désaffectée qui accueillait déjà des spectacles. Mais le père Samuel Rouvillois, qui gère le lieu, l’a confié à une jeune artiste dont Le Figaro a déjà eu l’occasion de souligner les qualités, Pauline Masson. Elle s’intéresse à la poésie et c’est elle qui avait mis en scène ses camarades dans Les Épiphanies de Pichette, données notamment au Théâtre Jean-Vilar de Suresnes. Le lieu s’appelle désormais «Le Parvis» et la thématique est circonscrite à une belle formule: «Un peu plus de ciel».

Ici, pas de stress de spectacles qui s’enchaîneraient. Le Parvis se veut un lieu de paix et de poésie où Gabriel Dufay reprend son excellent Journal d’une apparition de Robert Desnos et qu’il interprète justement avec Pauline Masson et avec la pianiste Susanna Tiertant (18h05, durée: 1h25). La programmatrice, quant à elle, présente Entre ciel et terre d’après l’Islandais contemporain Jon Kalman Stefansson (14h05, durée: 1h20). À l’affiche également dans ce lieu qui a pris le nom de «Parvis», Ode maritime de Pessoapar Stanislas Roquette (aujourd’hui et demain à 14h00, durée: 1h00) et Nous irons pieds nus commes l’ire des volcans de Raphaël Sarlin-Joly (certains jours, à 11h00 ou 18h00). Une interprétation de Pauline Masson.

(…)

Par Armelle Heliot le 18/07/2017

Source : http://www.lefigaro.fr/theatre/2017/07/18/03003-20170718ARTFIG00217-avignon-a-la-decouverte-des-nouveaux-lieux-du-off.php