© Clotilde de l’Eprevier

JOURNAL D’UNE APPARITION

D’APRÈS ROBERT DESNOS

re-création

Du 11 au 14 juillet, du 18 au 21 juillet, du 25 au 28 juillet à 18h05
Tarif : 15 € •Tarif abonné : 10,50 € – Âge : 14 ans et plus – Durée : 1h20

Réservations : 06 63 68 33 60

Adaptation et mise en scène Gabriel Dufay

Avec Gabriel Dufay, Pauline Masson et Susanna Tiertant (piano)

Collaboration artistique Pauline Masson

Regard chorégraphique Corinne Barbara

Composition musicale Susanna Tiertant

Collaboration lumières Sébastien Marc

Décor, costumes, et accessoires Soline Portmann et Gabriel Dufay

Production Compagnie Incandescence en coréalisation avec le Parvis d’Avignon

Avec le soutien de la Spedidam et des Amis de Robert Desnos
Spectacle créé au Théâtre National de Chaillot en octobre 2015 © Éditions Gallimard pour les œuvres de Robert Desnos Nouvelles Hébrides, Corps et biens, Contrée, Destinée arbitraire

 

Remerciements au Théâtre National de Chaillot, à La Comédie Poitou-Charentes, Michel Archimbaud, Carole Aurouet, Jérôme Bocquet, Marie-Hélène et Jean-Pierre Dufay, Marie-Claire Dumas, Jacques Fraenkel, Marie-Rose Guarnieri, Isabelle Karsenti, François Lionnet, Annie Le Brun, Véronique N’Guyen, Denis Podalydès Jimme Cloo, Marion Flament et Vladimir Vatsev.

Valse avec les fantômes

« Heureux l’homme soumis à ses fantômes. » Robert Desnos

L’idée de créer un spectacle autour de Robert Desnos et de ses fantômes, a germé dans mon esprit au fil du temps et de ma fréquentation de son œuvre, avec laquelle j’entretiens un lien profond. L’oralité de ses textes, de sa voix et la puissance de ses images, de ses visions appelaient pour moi le théâtre.

Ce spectacle est une manière de lui rendre hommage, mais aussi – et surtout – de proposer sur la scène une plongée au cœur du rêve et de l’incantation amoureuse.

Pendant les années 1926 et 1927, Desnos compose son Journal d’une apparition qui entre singulièrement en résonance avec ses deux recueils de poèmes, À la mystérieuse et Les Ténèbres, datant de la même époque. Dans ce journal, il consigne les visites de ***, ces trois étoiles désignant une apparition, une muse, ou tout simplement le signe d’une femme qui n’est pas là, la trace d’une absence qui, si elle le fait souffrir, lui inspire la plus belle littérature. Enflammé par la passion sans retour qu’il porte à la chanteuse Yvonne George, il transpose son amour sur le papier et parvient, par l’écriture, à le recréer, à le sublimer.

Desnos, par la suite, rencontre une autre muse, Youki Foujita, qui devient sa compagne. Avec elle, malgré les épreuves et les souffrances, il vivra enfin un amour partagé. D’Yvonne à Youki, de l’amour idéalisé à l’amour accompli, c’est toujours la même mystérieuse à laquelle Desnos s’adresse et qu’il recherche avec constance, jusqu’à la fin, dans le camp de Terezin, où il meurt le 8 juin 1945.

J’ai souhaité que mon adaptation soit le reflet de du parcours de Desnos, en aménageant pour la scène une constellation d’échos et de dialogues entre les différents textes qui se répondent d’une époque à l’autre. Journal, poèmes, récits, extraits de correspondances dialoguent et se mêlent pour former une seule tapisserie aux motifs et aux résonnances multiples, se dépliant à travers trois parties, trois actes d’une même pièce autour des fantômes et de l’amour, entre rêve et réalité.

Ce spectacle, créé au Théâtre National de Chaillot en 2015, reprend vie ici, dans une version épurée, acoustique, adaptée au Parvis d’Avignon qui me semble être un lieu idéal et inattendu pour recevoir la parole d’un poète qui apporte courage et espoir, et représente à mes yeux la poésie tout entière.

Gabriel Dufay

« Une évocation superbe de la vie de l’œuvre de Robert Desnos »

Armelle Héliot (Le Figaro)

« Spectacle rare en un temps délétère d’obsessions triviales, Journal d’une apparition mérite une longue vie, dans la juste mesure où il participe avec cœur à l’indispensable réenchantement du monde. »

Jean-Pierre Léonardini

« C’est un enchantement, un spectacle qui bouleverse autant qu’il rend heureux. »

Hélène Chevrier (Théâtral Magazine)

« Un vibrant hommage au poète français  mal-aimé, littéralement transcendé dans cette formidable proposition scénique, qui nous hantera pour longtemps. »

Théatoile

« Le comédien habité parle la poésie, comme il irait acheter le journal ; le spectateur le suit et l’entend, attiré par cet idéalisme naïf et heureux accordé au pouvoir du verbe. »

Véronique Hotte (Théâtre du Blog)

« Un spectacle ciselé à la perfection, un duo d’acteurs qui irradie de présence par la seule force poétique du verbe. »

Yonnel Liégeois (Espaces critiques)

« Un spectacle à ne manquer sous aucun prétexte. »

Edith Rappoport

« Gabriel Dufay ne dit pas, il parle le Desnos. Cet acteur trop rare sur nos scènes sait donner au monde intérieur du poète les couleurs de la vie, et le clair-obscur des songes. »

Odile Quirot

©Vladimir Vatsev

GABRIEL DUFAY Compagnie Incandescence

Directeur artistique de la Compagnie Incandescence, Gabriel Dufay est comédien et metteur en scène. Au théâtre, il joue sous la direction de Jean-Paul Wenzel, Wajdi Mouawad, Emmanuel Bourdieu, Denis Podalydès, Othello Vilgard, Pauline Masson… Il joue pour la radio, la télévision, le cinéma – notamment dans Vous n’avez encore rien vu, réalisé par Alain Resnais – et a incarné Louis XVI dans Louis XVI – L’homme qui ne voulait pas être roi, réalisé par Thierry Binisti. En tant que metteur en scène, il a créé au CNSAD Le Silence / Le Mensonge de Nathalie Sarraute en 2006, au Théâtre Vidy-Lausanne, Push Up de Roland Schimmelpfennig en 2009 (tournée 2009-10), à L’apostrophe (Cergy-Pontoise) Ylajali de Jon Fosse en 2013 (tournée 2013-14), ainsi que Journal d’une apparition, d’après Robert Desnos au Théâtre National de Chaillot en 2015 (tournée 2016-17). Il prépare la création pour 2017 de À deux heures du matin de Falk Richter et pour 2018 de Fracassés de Kate Tempest. Il est également  l’auteur d’entretiens avec Denis Podalydès et Michel Bouquet, ainsi que de Hors jeu (Les Belles Lettres/Archimbaud, 2014).